[Aller au menu]

forêt

Forêt de Lacanau

La forêt des Landes de Gascogne couvre 1 million d’hectares entre la Gironde, les Landes et le Lot et Garonne. Elle occupe 80% de la surface de Lacanau et appartient à des propriétaires terriens, à la commune (forêt communale) ou à l'État (forêt domaniale). Les pins maritimes, qui la constituent en grande partie, ont été plantés dès la fin du 18e siècle pour fixer le cordon dunaire et assainir les zones marécageuses. Nicolas Brémontier, inspecteur général des Ponts et Chaussées, fut le premier à utiliser cette technique pour ralentir l’avancée des dunes littorales dans les terres. Puis, vers 1850, l’ingénieur Nicolas Chambrelent continua le processus pour cette fois-ci, assécher les plaines landaises inondées. Face à la réussite des actions menées, Napoléon III instaura une loi en 1857, obligeant les communes à assécher leurs marais. Le plus grand massif forestier de l’Union Européenne était né.

  • Forêt de pins maritimes

La forêt communale,
un patrimoine préservé et valorisé

La forêt constitue incontestablement l’'une des principales ressources naturelles du patrimoine canaulais, dont chacun reconnaîtra la nécessité d'’en préserver la richesse. L'administration du patrimoine forestier communal implique donc des choix de gestion et d'actions pertinents.

Formée d’un seul bloc, couvrant une surface totale cadastrée de 953,0908 hectares, elle est constituée de 133 parcelles cadastrales, soit une surface moyenne de 7.17 hectares pour chaque parcelle.
Un parcellaire forestier a été créé afin de faciliter la gestion technique. Le plan de gestion a été réactualisé et validé pour une durée de 15 ans (de 2010 à 2024). Suite à l’acquisition d’un logiciel de gestion forestière et une formation dispensée par la société SOLEFOR, la commune assure seule le suivi des opérations indiqué dans le plan de gestion. Pour ce faire, un agent a été affecté à ce suivi quotidien.

En effet, d'un équilibre fragile, le massif forestier, aussi vulnérable face aux intempéries qu'à une mauvaise gestion des boisements, exige un suivi rigoureux. Il est prévu sur les 15 prochaines années la coupe rase de régénération de 194 hectares soit 13 hectares par an.

Pour ce faire, les actions réalisées par le Service Environnement de la Ville, assisté d'entreprises locales spécialisées, ont principalement porté sur :

  • le reboisement des anciennes coupes rases,
  • la mise en œuvre de dépressage tardifs,
  • l'ouverture de layons,
  • des éclaircies de rattrapage,
  • l'exploitation de chablis et des arbres en dépérissement,
  • le débroussaillement régulier des parcelles.

Les feux de ces deux dernières années et la tempête de 2009 ne font que retarder l’objectif fixé : la continuité de l’entretien de la propriété, et la régénération des parcelles les plus âgées, dans le souci de garantir la pérennité de la forêt.

Gestion forestière

La forêt domaniale,
entretien, maintien et protection du biotope

La forêt domaniale occupe 5 200 hectares, soit plus du quart de la surface totale de Lacanau. L’Office national des forêts (ONF)en assure la gestion durable. Il mène son action dans le cadre d'un contrat pluriannuel d'objectifs et de performance avec l’Etat et la Fédération nationale des communes forestières.

Ses missions, qu’elles soient environnementales, de production ou d’accueil du public sont multiples :

  • au niveau de la forêt de protection : entretien et maintien des écosystèmes
  • au niveau  de la forêt dunaire : production et protection en régénération naturelle assistée (renouvellement des peuplements avec des semis)
  • au niveau des étangs : maintien de la zone paysagère

Faune et flore de nos forêts

La mixité résineux-feuillus encourage une richesse faunistique certaine. Les mammifères : chevreuil, sanglier, cerf, renard, lièvre, lapin, blaireau, martre, vison d’Europe, genette, écureuil et hérisson peuplent les sous-bois canaulais.

Sanglier
Sanglier
Cerf
Cerf
Martre
Martre

La forêt est composée de différents types de végétaux, évoluant sur quatre strates : arbres, arbustes, herbes et ronces et enfin végétaux poussant au sol (mousses, champignons)

Arbousier
Arbousier
Cèpes de Bordeaux
Cèpes de Bordeaux
Résinier

Le métier de résinier, l'âge d'or du pin maritime

Avec l’assèchement des marais, les bergers échassiers et leurs troupeaux ont peu à peu laissé la place aux travailleurs du bois.

Au début du 20e siècle, l’exploitation de la résine atteint son apogée. Les résiniers, munis d'un hapchot et de pots en terre, extraient la résine qui sert à la fabrication de l’essence de térébenthine ou de produits nommés « colophane » ou « brai », entrant dans la composition de produits variés : ciments, cires à cacheter, onguents etc.

Le métier s’exerce alors de façon saisonnière, de février à fin novembre, le reste de l’année étant consacré à des travaux sylvicoles.

L’activité s’est arrêtée dans la région en 1985, mettant un terme à une activité pratiquée jadis par des dizaines de personnes. Le square Elie Souleyreau à Lacanau Océan porte le nom de l’un d’entre eux, hommage à cette corporation aujourd’hui disparue.